Selon une enquête menée par Cadremploi en 2019 auprès de cadres et managers, 50% d’entre eux estiment avoir déjà vécu un burn-out.

Parmi ces derniers, ils sont 37% à avoir quitté l’entreprise après avoir négocié une rupture conventionnelle, et 22% après avoir démissionné.

Taux d’absentéisme plus élevé, turnover, marque employeur dégradée, organisation des équipes compliquée, le burn-out peut véritablement perturber la vie d’une entreprise à tous les niveaux et de manière durable. Il est donc primordial pour les services RH et les managers de mettre en place une stratégie pour les éviter et, le cas échéant, y faire face efficacement.

Qu’est-ce que le burn-out ?

Le burn-out ou syndrome d’épuisement professionnel se caractérise par un épuisement physique et moral (émotionnel) directement causé par une activité professionnelle.

Le burn-out peut toucher toutes les catégories socio-professionnelles, des postes les plus élevés aux postes les moins qualifiés. Les symptômes, d’ordre physiques et psychiques, sont nombreux (plus d’une centaine !). Voici quelques-uns des principaux symptômes qui doivent vous alerter :

  • Fatigue chronique
  • Migraines, maux de ventre
  • Infections fréquentes
  • Troubles du sommeil
  • Anxiété
  • Irritabilité
  • Tendance à s’isoler des autres
  • Troubles de la concentration
  • Frustration, perte de motivation, sentiment d’échec

S’il est à ne pas confondre avec d’autres troubles tels que le stress et la dépression, qui peuvent présenter des symptômes en partie similaires, le burn-out est cependant causé par un stress excessif et prolongé, et peut aboutir à une dépression nerveuse.

Les conséquences du burn-out pour l’entreprise

Baisse de productivité et turnover

Le burn-out touche majoritairement des personnes très impliquées dans leur travail, qui sont souvent aussi les personnes les plus productives. Un épuisement physique et psychologique a pour première conséquence, sans surprise, une baisse de la productivité.

Les salariés en burn-out ont tendance à se mettre plus fréquemment en arrêt maladie, parce qu’ils tombent plus souvent malades, mais aussi parce qu’ils ont besoin de plus de repos.

À terme, cela peut aboutir à des démissions ou des abandons de poste dans les cas les plus extrêmes, et de fait à une augmentation du turnover.

Remarque : Les personnes atteintes de burn-out le sont le plus souvent à leur insu. Ce n’est qu’une fois que les symptômes sont graves que la personne consulte un spécialiste et que le trouble est tardivement diagnostiqué.

Burn-out et maladie professionnelle

Dans certains cas, lorsqu’un lien de causalité direct entre le travail du salarié dans l’entreprise et son burn-out est prouvé de manière avérée, le burn-out peut être considéré comme une maladie professionnelle, avec toutes les contraintes et tous les coûts que cela engendre pour l’entreprise.

Comment prévenir le burn-out dans votre entreprise ?

Il existe plusieurs solutions et outils pour prévenir l’apparition de cas de burn-out chez vos collaborateurs, à choisir et adapter en fonction de votre entreprise, de son activité, des caractéristiques des postes de travail et des métiers exercés etc.

Vous pouvez par exemple mettre en place des indicateurs qui vous alerteront, comme l’évolution du taux d’absentéisme par service, les congés payés non pris, les heures supplémentaires effectuées etc.

Avant tout, il faut aussi et surtout mettre en place et maintenir un environnement de confiance et d’écoute. Des réunions régulières entre les équipes et leurs managers ou, mieux encore, des entretiens individuels, permettront d’évaluer si les collaborateurs se sentent bien et efficaces dans leur travail, et ne sont pas surmenés.

Globalement, une vraie stratégie de long terme peut être mise en place quant à la gestion du stress dans votre entreprise, avec notamment une organisation centrée sur le bien-être au travail, une communication adaptée, des sessions de team building etc.

Enfin, formez vos managers afin qu’ils puissent, pour chacune de leurs équipes :

  • Maintenir des conditions de travail idéales ;
  • Savoir évaluer les charges de travail et distribuer les tâches en tenant compte des compétences et des limites de chaque collaborateur ;
  • Savoir identifier les premiers signes de burn-out et agir en conséquence.

Comment faire face à un cas de burn-out ?

La première chose à faire est de rester à l’écoute de vos salariés. Lorsque l’un d’entre eux change de comportement ou vient vous parler de ses symptômes, invitez-le à consulter un médecin rapidement, et/ou orientez-le vers le médecin du travail.

Plus le burn-out sera identifié tôt, plus il sera aisé d’y remédier et de faire en sorte qu’il ne se reproduise pas.

Que cela aboutisse ou non à un arrêt de travail, il sera important de déterminer quelles ont été les causes du burn-out et de tenter d’y remédier (optimisation de l’espace de travail, modification des horaires, allègement des tâches et des projets etc.).

Dans un monde en croissance permanente où tout va de plus en plus vite, les défis à relever sont également de plus en plus ambitieux.

Pour faire face à ces nouveaux défis, il est essentiel de veiller à ce que vos collaborateurs se sentent confiants et sereins, et soient formés et préparés pour faire face au stress auquel ils seront susceptibles d’être soumis tout au long de leur carrière.

Si vous faites face à une crise RH, vous pouvez également faire appel à un manager de transition spécialisé en gestion de crise RH. Nous pouvons le trouver pour vous. Pour cela, réservez un appel de 20 minutes :

 

Recrutement de manager de transition