Il existe différentes formes de fusion-acquisition et chacune vise des objectifs différents : réduire la concurrence, augmenter sa clientèle, augmenter son efficacité, réduire ses coûts etc.

Il existe différentes formes de fusion-acquisition et chacune vise des objectifs différents : réduire la concurrence, augmenter sa clientèle, augmenter son efficacité, réduire ses coûts etc.

Si la fusion-acquisition est censée apporter des avantages aux entreprises qui la pratiquent, elle constitue aussi et surtout un bouleversement à tous les niveaux : économique, juridique, fiscal, social.

Ainsi, outre le choix du type de fusion-acquisition le plus adéquat, qui dépendra avant tout de l’entreprise avec laquelle on souhaite fusionner, c’est la réalisation de cette fusion-acquisition qu’il faudra savoir bien mener, en évitant les écueils et en mettant toutes les chances de réussite de votre côté.

Dans cet article, nous verrons d’abord ce qu’est une fusion-acquisition, et comment bien la mener.

 

Définition de la fusion-acquisition

La fusion-acquisition, que l’on peut parfois trouver sous les termes de « mergers and acquisition » en anglais (M&A) ou sous le diminutif « fusac », consiste pour deux ou plusieurs entreprises à se regrouper afin de n’en former plus qu’une seule. Il y a ainsi une société acheteuse qui absorbe les actifs de la ou des sociétés vendeuses, et en prend le contrôle et la direction. Cependant, chaque société vendeuse conserve son individualité.

 

Les différentes formes de fusion-acquisition

La fusion-acquisition horizontale

La fusion-acquisition horizontale consiste à fusionner des entreprises ayant des produits/services équivalents dans le but de réduire la concurrence.

La fusion-acquisition verticale

La fusion-acquisition verticale consiste quant à elle à rassembler des entreprises ayant des activités complémentaires afin, par exemple, d’améliorer l’expérience client, ce qui va également réduire indirectement la concurrence.

La fusion-acquisition par conglomérat

La fusion-acquisition par conglomérat consiste à rassembler deux entreprises qui n’ont aucun lien entre elles que ce soit au niveau de leurs produits/services ou de leurs secteurs d’activités. L’objectif est avant tout d’optimiser les coûts, d’augmenter l’efficacité de chacune, mais sans que cela n’ait d’impact significatif sur la concurrence.

La fusion-acquisition par extension de produit

Ce type de fusion-acquisition a pour but de réunir deux entreprises qui ont des produits/services complémentaires et issus d’un même secteur d’activité.

La fusion-acquisition par extension de marché

Comme son nom l’indique, cette fusion-acquisition consiste à réunir des entreprises proposant les mêmes produits/services mais sur des marchés différents, afin que chacune puisse accroître sa clientèle.

 

Comment bien mener votre fusion-acquisition

La préparation de votre projet

La première étape d’une fusion-acquisition est bien sûr de réaliser un état des lieux du projet, évaluer les risques potentiels, ainsi qu’établir un plan d’acquisition. La première question à se poser sera donc celle des objectifs. Pour quelles raisons souhaite-t-on réaliser une fusion-acquisition ? Pour quels bénéfices ?

Ensuite, en tant que société acheteuse, vous devrez réaliser un état des lieux financier de l’entreprise, afin de répondre aux questions suivantes :

  • L’entreprise est-elle réellement en mesure de financer une fusion-acquisition ?
  • Si oui, de quelle manière ? Fonds propres, emprunt, achat de titres ?

Une fois ces questions élucidées, l’étape suivante sera de choisir la ou les sociétés cibles, et, là encore, de réaliser un travail d’audit afin d’évaluer quelles sont leurs ressources, leurs structures etc.

Regardez également l’état du marché. Une bonne fusion-acquisition réussie repose aussi sur un bon timing, sur un marché qui s’y prête.

L’étape des négociations

Une fois tous les audits, diagnostiques et plans d’acquisition réalisés, l’étape suivante sera celle des négociations. Cette étape est sans surprise la plus délicate. Toutes les entreprises impliquées devront faire preuve de transparence dans leur communication afin que la fusion-acquisition se déroule bien et afin d’éviter tout litige.

Il conviendra ainsi de bien choisir en amont les membres des équipes chargées de réaliser cette étape de négociation, qui devront faire preuve à la fois de diplomatie et de professionnalisme.

Intégration et adaptation

Même lorsque le plan d’acquisition et les négociations se déroulent sans accroc, toute fusion-acquisition implique une transformation profonde de toutes les entreprises impliquées, qu’elles soient du côté de l’acheteuse ou de la ou les vendeuses.

Une fois la fusion-acquisition réalisée viendra alors la dernière étape, celle de l’intégration et de l’adaptation aux changements ainsi conduits. Chaque société, avec sa culture et ses valeurs différentes, devra parvenir à s’intégrer et coexister avec la ou les autres sociétés impliquées.

Là encore, il faudra établir une stratégie de communication solide, basée sur la transparence et la diplomatie. N’hésitez pas, pour cette étape, à désigner une équipe spécialisée et dédiée à cela.

Pour vous accompagner dans la réalisation de votre fusion-acquisition, vous pouvez aussi faire appel à un manager de transition spécialisé dans ce type d’opération. Chez OpenTransition, nous pouvons vous accompagner dans cette démarche en recrutant pour vous un manager de transition expérimenté et expert en fusion-acquisition. Pour en savoir plus, n’hésitez pas à nous contacter.

 

Fusion acquisition - offre opentransition